Jour 1 – COMMENT NE PLUS JAMAIS MANQUER DE MOTIVATION

Jour 1 – COMMENT NE PLUS JAMAIS MANQUER DE MOTIVATION

BIENVENUE DANS CETTE SÉRIE DE 14 JOURS POUR DÉVELOPPER UNE MOTIVATION À TOUTE ÉPREUVE !

Ravi de démarrer cette aventure avec vous ! 🙂

→ Le but de cette série est de vous partager une approche avancée de la motivation, avec des méthodes (pour la plupart) scientifiquement prouvées et des exercices concrets à mettre en place.

En utilisant les méthodes enseignées, vous pouvez vous attendre à retrouver un nouvel élan de motivation dans votre vie, passer davantage à l’action au quotidien et enfin arrêter de remettre au lendemain les choses que vous décidez de faire.

L’intégralité de cette série est, comme prévu, ENTIÈREMENT RATUITE !

Cessons donc l’attente et allons-y directement !



Jour #1 –
COMMENT NE PLUS JAMAIS MANQUER DE MOTIVATION

Il vous est sans doute déjà arrivé cette situation où vous décidez de mettre en place des changements dans votre vie, de partir à la conquête d’un nouvel objectif à atteindre, de vous lancer dans un projet qui vous tient à coeur…

➔ Qu’il s’agisse de vous mettre au sport et de développer ce corps en super forme que vous avez toujours voulu avoir…

➔ De vous lancer enfin sérieusement dans ce projet entrepreneurial qui traine depuis trop longtemps et atteindre une bonne fois pour toutes votre indépendance financière…

➔ De bosser à fond dans vos études et devenir ce ou cette étudiant(e) qui réussit, et de pouvoir derrière intégrer l’école de vos rêves…

➔ De sortir de votre zone de confort quotidiennement pour développer cette confiance en vous et cette aisance en toutes circonstances qui parait si naturelle pour certains mais que vous aimeriez tant avoir dans vos relations avec les autres…

Enthousiaste à l’idée de vous lancer dans cette nouvelle aventure, vous vous promettez que « Cette fois-ci, c’est la bonne ! »…

Qu’« AUCUNE excuse ne tiendra ! »…

Et que vous ferez absolument TOUT ce que vous vous êtes engagé à faire quoiqu’il arrive ! (contrairement aux 258 fois précédentes)

Tout feu tout flamme, vous en parlez même à votre entourage…

Comme vous vous y attendiez, il y a des sceptiques qui ne croient pas en vous et pensent que vous n’allez pas y arriver…

Ça vous frustre un peu…

Mais d’un autre côté TANT MIEUX : ça ne fait que renforcer votre motivation !

Vous vous imaginez déjà réussir haut la main votre projet…

Atteindre vos objectifs et même dépasser les attentes…

Au point que vous ne pouvez vous empêcher d’avoir une petite satisfaction d’avance en imaginant la mine déconfite de ces gens quand ils verront vos résultats !

Vous ressentez déjà cette joie presque sadique de pouvoir leur clouer le bec et les remettre à leur place sans dire un mot, juste par vos accomplissements.

Vous le savez : vos actions parleront plus fort que vos paroles.

Pour l’instant, vous préférez donc rester dans le silence et les laisser constater leur boulette par eux-mêmes, une fois que les résultats seront sur la table !

Motivé à bloc, vous vous lancez et vous avancez tous les jours à fond sur votre projet !

Évidemment c’est parfois un peu difficile… Mais vous tenez !

L’excitation de vous lancer dans quelque chose de nouveau prend le dessus sur la difficulté des efforts à mettre en place au quotidien.

De toute façon, vous vous étiez préparé mentalement à ce que ça ne soit pas toujours facile…

Les méthodes miracles et les résultats sans effort, ça n’existe que dans les publicités et les bouquins de développement personnel !

Dans la vraie vie, si on veut quelque chose, il faut s’en donner les moyens… Et vous le savez !

Vous y allez donc de bon coeur et tout se passe comme sur des roulettes !

Mais rapidement, cet élan de motivation du départ redescend et continuer d’agir au quotidien devient de plus en plus difficile…

Ce nouveau projet qui vous excitait tant il y a quelques semaines devient petit à petit un poids à porter au quotidien…

Vous devez aller faire cette séance de sport, cette session de travail, cette sortie de zone de confort quotidienne…

Mais vous n’en avez juste pas envie.

Dans ces moments, c’est un peu comme si votre corps pesait 200 kilos…

Vous avez l’impression que le moindre mouvement vous demande un effort…

Et vous n’avez qu’une envie : tout envoyer bouler.

Cependant, difficile d’abandonner…

Vous imaginez un peu l’humiliation si les gens qui ne croyaient pas en vous vous voyaient abandonner après seulement quelques semaines ?

Vous les voyez déjà au prochain repas de famille venir vous mettre une petite tape sur l’épaule et vous dire avec le sourire en coin : « Tu vois, je te l’avais dit que tu n’allais pas y arriver ! ».

Ils vous ont enfermé dans une case, celle du loser de service, et en abandonnant vous leur donneriez raison. Vous ne feriez que renforcer cette image qu’ils ont déjà de vous…

Le choix est vite fait : parmi tous les scénarios possibles, abandonner est inenvisageable. ZERO. NADA. NIET.

Vous rassemblez donc vos forces, vous serrez les dents et vous y allez au mental : VOUS CONTINUEZ VOTRE PROJET !

Vous essayez de vous convaincre que « Tout n’est qu’une question de volonté ! » et qu’après tout « Si on veut on peut ! »

Vous testez des petites techniques de motivation trouvées sur internet : penser positif, se créer un environnement de travail agréable, s’offrir une petite récompense après l’effort…

Bon, ça ne vous aide pas trop… 😅

Mais dans ces moments, vous n’avez pas trop le choix : vous cherchez désespérément tout ce qui pourrait vous aider à ne pas lâcher.

Une lutte permanente s’installe alors contre vous-même au quotidien…

Vous commencez à avoir des pensées du type :

« Je ne vais jamais y arriver… »

« C’est trop difficile… »

« Ce n’est pas fait pour moi… »

En vous lançant, vous saviez que ça allait être difficile, mais pas à ce point-là…

Vient alors le moment où malgré toute votre bonne volonté, vous n’y arrivez plus…

C’est plus fort que vous…

Vous remettez d’abord une première fois au lendemain cette action que vous devez faire pour avancer sur votre projet…

Puis le lendemain se transforme en la semaine suivante…

Puis le mois suivant…

Puis l’année suivante…

Et finalement, vous laissez tomber ce projet qui vous tenait tant à coeur.

Il ne se concrétisera jamais.

Au moment où vous le réalisez, vous avez un goût amer dans la bouche.

Vous savez au fond de vous que avez donné raison à ceux qui ne croyaient pas en vous.

Vous vous en voulez, vous culpabilisez, vous vous sentez nul…

D’autant plus qu’avec le recul, vous vous rendez compte que c’est un schéma récurrent dans votre vie :

➔ Vous vous lancez dans un nouveau projet…

➔ Vous êtes très motivé au début…

➔ Vous tenez quelque temps…

➔ Puis votre motivation du départ redescend…

➔ Et vous laissez tomber avant d’être allé au bout.

À force, vous finissez par avoir l’impression que toute votre vie est un énorme échec.

Vous vous asseyez alors sur votre bord de fenêtre, votre tasse de café à la main, la boule à la gorge et le moral à zéro.

Vous prenez une gorgée et vous regardez à l’horizon.

Vous vous demandez…

« Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? »

« Pourquoi est-ce que je n’y arrive pas ? »

« Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? J’avais juste envie de réussir… »

Vous baissez un peu les yeux et vous regardez la vie défiler à l’extérieur…

Les gens…

Les voitures…

Les bus qui passent…

Tout défile si vite.

Un peu à l’image de votre vie au final, qui défile sous vos yeux.

L’horloge tourne, les saisons passent, la Terre continue son cycle annuel autour du soleil, mais les choses n’avancent pas comme vous le voudriez dans votre vie.

Votre problème est simple : vous n’arrivez pas à avoir une motivation stable et durable dans le temps, qui vous permette d’aller au bout des projets que vous entreprenez.

Si vous résolvez ce problème, toute votre vie se débloquera.

Imaginez un peu :

  • Être capable de maintenir cette motivation que vous avez au début quand vous lancez un projet, mais tout le temps

  • Ne plus avoir à limiter les projets que vous lancez par peur de manquer de motivation en cours de route et d’abandonner comme à chaque fois

  • Vous lever tous les matins sans réveil et attaquer directement les tâches que vous avez à faire avec l’envie et le sourire

  • Ne plus jamais remettre à plus tard et toujours passer à l’action quand vous le décidez

  • Atteindre haut la main vos objectifs grâce à votre nouvel élan de motivation et prendre votre revanche sur ceux qui n’ont pas cru en vous

Trop beau pour être vrai ?

Détrompez-vous : c’est exactement ce que vous allez apprendre à faire dans cette série.

Il suffit de faire confiance au processus et de suivre pas à pas le protocole que vous allez découvrir au cours des 14 prochains jours.

Avec les bonnes méthodes, tout le monde peut y arriver.

On se retrouve demain pour la suite.

À demain !

– Sanjay STZ

JOUR 2 – LE CERCLE VICIEUX QUI DETRUIT VOTRE MOTIVATION

JOUR 2 – LE CERCLE VICIEUX QUI DETRUIT VOTRE MOTIVATION

Dans l’article précédent, on a identifié un schéma récurrent dans votre vie : vous vous lancez dans un nouveau projet, vous êtes super motivé au début, puis la motivation redescend, vous abandonnez, vous vous lancez alors dans un nouveau projet, et ainsi de suite…

Aujourd’hui, on va voir plus en détail le cercle vicieux qui est à l’origine de votre problème, et surtout comment en sortir.

Parce que oui, il y a bien un cercle vicieux qui détruit votre motivation…

Et au moment où vous lisez ces lignes, vous êtes très certainement pris dedans. 😨

Le problème est qu’il s’est installé progressivement, sans même que vous ne vous en rendiez compte…

Si vous ne faites rien, il continuera de se renforcer…

Vous risquez simplement de remettre en permanence à plus tard les projets qui vous tiennent à coeur…

Et au bout du compte, de passer à côté de votre vie à petit feu.

Vous voulez savoir quel est ce fameux cercle vicieux ?

Allez, je vous l’explique.

➝ Pour commencer, vous devez réaliser qu’on a tous un certain écart entre ce qu’on sait qu’on doit faire et ce qu’on fait réellement.

Il vous arrive sans doute de décider de mettre en place des actions qui pourraient vous permettre d’avancer dans votre vie :

« Ok, demain matin au réveil je vais faire ma séance de sport ! »

« Ce soir en rentrant du travail, je vais avancer sur mon projet perso ! »

« Dès la semaine prochaine je vais me lever une heure plus tôt tous les matins pour mettre en place ma nouvelle routine matinale ! »

Mais au moment d’agir, vous vous retrouvez allongé dans votre lit à scroller sur les réseaux sociaux et à manger des paquets de biscuits (à faire tout l’opposé de ce que vous aviez décidé de faire…)

C’est précisément là que le cercle vicieux se met en place.

À chaque fois que vous devez faire quelque chose mais que vous ne le faites pas, vous renforcez un peu plus l’habitude de ne pas agir.

Vous créez un écart entre vos pensées et vos actions.

Votre cerveau enregistre alors que vous êtes incapable de tenir les promesses que vous vous faites à vous-même.

Vous accumulez un petit échec avec vous-même…

Et ce petit échec vient ensuite affecter votre confiance en vous, votre estime de vous et surtout votre motivation.

La fois suivante, quand viendra à nouveau le moment d’agir, ce sera encore un peu plus difficile de vous motiver.

Vous aurez beau vous faire vos grandes promesses habituelles :

« Cette fois-ci, je ne vais trouver aucune excuse ! »

« Je vais passer à l’action quoi qu’il arrive ! »

« Je vais faire toutes les tâches que j’ai décidées de faire ! »

Quelque part au fond de vous, vous n’y croirez pas.

Votre cerveau n’écoute pas les promesses que vous lui faites, il regarde les preuves que vous lui apportez.

Ici, vous lui aurez apporté la preuve par l’expérience que vous n’êtes pas capable de tenir les choses que vous décidez de faire.

Si vous aviez déjà du mal à motiver au départ, alors cette fois-ci ce sera encore un peu plus difficile !

Et si vous ne passez pas à l’action à nouveau, alors la fois suivante ce sera encore un peu plus difficile…

Vous renforcerez encore plus l’habitude de ne pas agir…

Vous vous prouverez encore un peu plus à vous-même que vous êtes incapable de tenir les promesses que vous vous faites…

Votre motivation diminuera encore plus…

Et ainsi de suite…

➝ En accumulant des dizaines et des dizaines de boucles de ce cercle, vous développerez un profond état d’impuissance, de résignation dans votre vie…

Vous n’aurez alors plus la motivation de rien.

En psychologie, ça s’appelle l’impuissance apprise.

Il y a d’ailleurs une petite histoire qui l’illustre bien…

Il s’agit d’un paysan qui capture un cheval sauvage dans la nature, le ramène chez lui et l’attache à un arbre dans son jardin.

Pendant les premiers jours, l’animal tente de s’enfuir par tous les moyens. Il essaie des centaines de fois de tirer sur sa corde, en vain.

Puis il finit par se rendre à l’évidence : il ne pourra pas s’échapper de cet endroit.

Il décide donc d’abandonner.

À partir de là, son maître sait qu’il n’a même plus besoin de l’attacher quand il le ramène de promenade.

Il a juste à le ramener à son endroit habituel et l’animal reste près de l’arbre !

À tout moment, le cheval pourrait s’enfuir…

Mais à chaque nouvelle tentative d’évasion infructueuse, il s’est prouvé à lui-même qu’il est incapable de s’évader.

Il n’essaie donc même plus.

Il accepte sa situation avec résignation.

C’est ça, l’impuissance apprise.

C’est un sentiment d’impuissance général qui se développe lorsqu’une personne (ou un animal dans cet exemple) accumule un grand nombre d’échecs successifs.

➞ De votre côté, à chaque fois que vous décidez de passer à l’action mais que vous ne le faites pas, vous êtes un peu plus comme ce cheval.

Vous accumulez un petit échec avec vous-même et vous programmez votre cerveau à croire que la réussite ne vous est pas accessible.

Lorsque ce sentiment d’impuissance atteint un certain stade, de simples tâches du quotidien comme vous lever du lit le matin, sortir voir du monde ou aller au travail peuvent représenter un véritable effort…

Vous n’avez plus la motivation de rien…

Et malgré toute votre bonne volonté, vous n’arrivez pas à mettre en place les changements qui doivent être mis en place dans votre vie.

Les gens autour de vous pensent alors que c’est un simple laisser-aller, un manque de prise en main de votre part…

Ils essaient donc de vous motiver par des petites phrases, sans comprendre en profondeur votre problème :

« Allez, reprends-toi en main ! »

« Arrête de te trouve des excuses, agis ! »

« T’es trop passif/passive, réveille-toi ! »

(Comme si vous n’y aviez pas pensé 🤦‍♂️)

En réalité, vous êtes le premier/la première à savoir que vous devriez agir !

Mais vous êtes pris dans ce cercle vicieux…

Ces petites phrases font alors l’effet inverse. Elles vous font culpabiliser de votre manque de motivation sans pour autant vous apporter de solutions concrètes.

Seule une personne qui comprend en profondeur votre problème peut vous apporter une solution adaptée.

C’est mon cas.

Tout ce que je vous décris depuis le début de ce mail, je le connais qu’un peu trop bien !

J’ai été enfermé dans ce cercle vicieux pendant des années dans ma propre vie.

Mais après 10 ans recherches sur la psychologie et les sciences comportementales, j’ai fini par trouver la solution à ce problème.

J’en suis arrivé à la conclusion que la seule vraie manière de développer votre motivation est d’interrompre ce cercle vicieux et de développer à la place un cercle vertueux dans l’autre sens.

Je vous en dis plus demain, dans le prochain article.

À demain !

– Sanjay STZ

JOUR 3 – AVOIR UNE MOTIVATION À TOUTE ÉPREUVE : LA SOLUTION !

JOUR 3 – AVOIR UNE MOTIVATION À TOUTE ÉPREUVE : LA SOLUTION !

Hier, vous avez découvert le cercle vicieux qui détruit votre motivation.

On pourrait le résumer de la façon suivante :

➔ Moins vous passez à l’action dans votre vie, plus vous développez l’habitude de ne pas agir

➔ Plus vous développez l’habitude de ne pas agir, plus vous accumulez de petits « échecs » avec vous-mêmes.

➔ Plus vous accumulez de petits « échecs » avec vous-mêmes, plus vous développez une impuissance apprise (un sentiment de résignation générale dans votre vie lorsque vous avez accumulé trop d’échecs successifs).

➔ Plus vous développez une impuissance apprise, plus il devient encore plus difficile de vous motiver à agir.

Et ainsi de suite…

J’avais conclu cet article en disant que le seul moyen de développer une vraie motivation stable et durable dans tous vos projets est d’interrompre ce cercle vicieux et de développer à la place un cercle vertueux.

On va voir aujourd’hui comment le faire !

Commençons par un exemple concret. (Ce sera plus parlant…)

Imaginons que vous essayez de vous mettre au sport depuis des mois sans y arriver. (Ça pourrait être n’importe quoi d’autre : lancer votre projet personnel, vous reprendre en main dans vos études, mettre en place votre nouvelle routine du matin…)

À chaque fois c’est la même chose : vous vous jurez que vous allez vous y mettre : « Allez, demain je fais ma séance, c’est sûr ! »

Mais lorsque vient le moment d’enfiler vos baskets et d’y aller, c’est plus fort que vous… D’une manière ou d’une autre, vous vous retrouvez allongé sur votre lit avec le téléphone à la main, le paquet de chips dans l’autre, à parcourir les réseaux sociaux…

Bien. Maintenant, imaginons que pour la première fois, plutôt que de remettre à plus tard votre séance de sport, vous la fassiez !

(On verra par la suite des méthodes très efficaces pour réussir à passer à l’action même si vous n’avez pas du tout la motivation.)

En faisant votre séance, vous renforcez un peu plus l’habitude de passer à l’action lorsque vous le décidez.

Votre cerveau enregistre alors que lorsque vous vous faites une promesse, vous la tenez !

Immédiatement, vous prenez un peu plus confiance en vos capacités de mettre en place les changements que vous souhaitez dans votre vie !

La fois suivante, au moment de faire à nouveau votre séance, vous aurez un peu plus de motivation.

Ce ne sera plus précédé des 132 fois où vous vous êtes promis que vous iriez faire votre séance mais que vous n’avez pas faite…

Ce sera précédé d’une victoire !

Cette petite victoire aura tendance à créer élan positif…

Une réussite en entraine une autre !

Vous ferez donc certainement à nouveau votre séance !

En faisant à nouveau votre séance, l’habitude d’agir se renforcera encore plus !

Vous vous prouverez encore plus à vous-mêmes que vous êtes capable de mettre en place les changements que vous souhaitez dans votre vie !

Votre motivation s’améliorera encore plus ! Le cercle vertueux continuera de se développer !

La fois suivante, ce sera donc encore un peu plus facile de faire votre séance !

Et ainsi de suite…

À chaque nouveau tour de cette boucle, vous développerez un peu plus l’habitude de passer à l’action.

Et c’est en faisant des dizaines et des dizaines de tours de cette boucle que vous développerez une profonde motivation dans votre vie.

Non seulement pour faire votre séance de sport, mais aussi pour tout le reste : travailler davantage sur votre projet personnel, vous lever plus tôt le matin, arrêter de fumer, améliorer vos finances, changer votre alimentation…

Vous développerez ce qu’on appelle en psychologie un biais à l’action.

Qu’est-ce qu’un biais à l’action ?

C’est le fait de développer une tendance générale à passer à l’action dans votre vie pour mettre en place les changements que vous souhaitez voir se produire.

Lorsque vous avez développé un fort un biais à l’action, le fait de passer à l’action au quotidien pour avancer sur vos projets devient votre réflexe de base. Ça devient un automatisme, une seconde nature.

Cette notion s’oppose au biais à l’inaction,

C’est sans doute le biais que vous avez aujourd’hui si vous avez tendance à manquer de motivation et à remettre en permanence à plus tard les choses qui doivent être faites…

L’inaction est votre réflexe de base, c’est un automatisme que vous avez développé.

Vous pouvez l’imaginer comme un cours d’eau en haut d’une montagne…

Au début, il y a simplement une montagne sans cours d’eau.

Puis un jour, il se met à pleuvoir en haut de la montagne. Un petit ruisseau se forme.

La fois suivante, quand il pleut, l’eau a tendance à couler à nouveau dans le petit ruisseau qui est déjà formé.

En passant dedans, elle le creuse encore plus.

Petit à petit, le ruisseau se transforme en cours d’eau de taille moyenne, puis en rivière, puis en un énorme fleuve avec un courant monstre…

Une fois atteint ce stade, dès qu’il pleut en haut de la montagne, toute l’eau va systématiquement dedans.

Cet énorme fleuve, aujourd’hui, c’est votre habitude de tout remettre au lendemain, de rester dans l’inaction, de faire le choix du plaisir immédiat plutôt que le fait d’avancer sur vos projets vraiment importants…

Vous l’avez tellement alimenté que c’est votre comportement par défaut.

Maintenant, si vous voulez changer ça, vous allez devoir prendre l’habitude de passer à l’action au quotidien pour avancer sur vos projets.

Pour ça, il va falloir arrêter d’alimenter ce gros fleuve et venir alimenter un nouveau petit ruisseau à côté.

Pour l’instant, il est très peu développé.

Mais si vous venez faire couler un peu d’eau dedans tous les jours, petit à petit, il va se creuser et s’agrandir.

Attention : il sera très important d’être persévérant et de maintenir vos efforts, parce que si vous arrêtez en cours de route, le grand fleuve à côté aura vite fait de reprendre le dessus.

Cependant, si vous n’abandonnez pas, l’autre grand fleuve se rebouchera petit à petit.

Jusqu’à arriver à un stade où c’est votre petit cours d’eau qui sera devenu un grand fleuve, et le grand fleuve qui sera devenu un petit ruisseau.

À ce stade, le fait d’être motivé au quotidien, de passer à l’action pour avancer sur vos projets, de toujours faire ce que vous vous promettez à vous-même, sera devenu votre comportement par défaut.

C’est ça au final, un biais à l’action.

À chaque action que vous réalisez du matin au soir, vous créez de nouvelles connexions dans votre cerveau pour faciliter la reproduction de ce comportement dans le futur.

C’est le principe de base de la neuroplasticité.

Notre cerveau est constitué de neurones interconnectés entre eux par des petits fils (synapses) qui forment un énorme réseau.

C’est un peu comme un réseau social où tout le monde est connecté avec tout le monde !

Lorsque vous effectuez une action, certains circuits neuronaux s’activent.

En répétant cette action régulièrement, vous activez encore et encore les mêmes circuits dans votre cerveau et ces derniers se renforcent.

L’information circule alors de plus en plus facilement à l’intérieur de ce réseau et il est de plus en plus facile pour ce dernier de se réactiver dans le futur.

Comme dans le cours d’eau qui se creuse à mesure que l’eau passe dedans !

C’est pourquoi tout ce que vous faites à répétition devient une habitude.

Si vous avez l’habitude de remettre en permanence à plus tard vos projets importants, de passer tout votre temps libre à regarder du divertissement, de manger ce qui vous fait plaisir sur le moment même si ce n’est pas idéal pour votre santé à long terme, d’éviter tout ce qui est difficile et inconfortable… Alors ça deviendra votre comportement par défaut au quotidien.

À l’inverse, si vous avez l’habitude de vous confronter à l’inconfort de passer à l’action au quotidien pour avoir sur les projets qui comptent vraiment à vos yeux, alors ça deviendra également votre comportement par défaut au quotidien.

➔ On le voit d’ailleurs très bien chez certains qui ont le problème opposé : ils ont du mal à s’arrêter d’avancer sur leurs projets et à faire des pauses… Ils ont tellement développé leur biais à l’action que c’est presque le fait de ne rien faire qui est « difficile »… (On sera d’accord, c’est quand même un plutôt un bon problème à avoir ! Il est 1 000 fois plus facile de gérer le problème dans ce sens-là que dans l’autre sens.😉)

C’est donc de cette manière que vous développerez un véritable état de motivation stable et durable dans votre vie.

Pas une motivation euphorique d’une personne qui saute du lit tous les matins et qui donne en permanence l’impression d’avoir bu 3 tasses de café…

Mais une motivation plus profonde d’une personne qui a habitué son corps et son esprit à se confronter à l’inconfort de passer à l’action à chaque fois qu’elle le décide.

En comprenant ce mécanisme, vous réalisez que la motivation n’est rien de plus qu’une habitude qui se développe, comme n’importe quelle autre habitude.

Elle est accessible pour tout le monde, sans exception :

➔ Même si vous êtes la personne la plus démotivée qui existe…

➔ Qui ne jure que par deux mots : « paresse » et « flemme »

➔ Et qui pourrait se priver d’être riche juste parce qu’elle n’a pas eu la motivation de se lever de son lit pour aller retirer son ticket de loto gagnant…

Alors il vous reste encore un espoir.

Tout comme vous pouvez apprendre à maîtriser un nouveau sport, à parler une nouvelle langue ou à jouer d’un instrument de musique, vous pouvez apprendre à avoir la motivation.

Il suffit simplement de suivre le processus : de passer à l’action régulièrement jusqu’à en faire une habitude.

« Oui mais si on n’a pas la motivation pour passer à l’action au début… Et que la solution pour avoir la motivation c’est de passer à l’action, c’est un peu le serpent qui se mord la queue non ? »

Non.

Pour lancer le cercle vertueux, vous allez utiliser des méthodes (des outils, des stratégies… Appelez-les comme vous le voulez !) qui vous permettent de passer à l’action même si vous n’avez pas la motivation au début.

C’est ce qui vous aidera à alimenter votre petit cours d’eau au départ pour qu’il commence à se développer.

Une fois qu’il aura atteint un certain stade, le cercle vertueux sera bien mis en place et il s’auto-alimentera presque tout seul, vous aurez besoin de beaucoup moins d’efforts pour le maintenir. Vous n’aurez plus qu’à profiter de l’élan mis en place !

C’est donc surtout sur la phase du début qu’on va se concentrer.

Je vous en dis plus dans l’article de demain. 😉

À demain !

– Sanjay STZ

JOUR 4 – Comment développer sa motivation – Méthode 1

JOUR 4 – Comment développer sa motivation – Méthode 1

Dans l’article d’hier, on a vu que la solution pour développer une motivation stable et durable dans votre vie est de développer un biais à l’action, c’est à dire de passer à l’action régulièrement jusqu’à en faire un automatisme, une seconde nature.

De cette manière, vous allez habituer votre corps et votre esprit à vous confronter à l’inconfort d’agir au quotidien. C’est ce qui vous permettra de devenir quelqu’un de naturellement motivé.

Cependant, au début, vous allez devoir passer à l’action pendant un certain temps SANS AVOIR LA MOTIVATION.

C’est ce vous permettra de lancer le cercle vertueux.

Pour cela, comme on l’a vu, vous allez utiliser des méthodes pour vous y aider.

Je vous en ai sélectionnées 10. Les meilleures.

Je vous en partagerai une par jour au cours des 10 prochains jours.

Si vous appliquez ces méthodes correctement, vous pouvez vous attendre à :

  • Passer à l’action en toutes circonstances, même les jours où votre motivation sera au plus bas
  • Ne plus jamais remettre au lendemain ce que vous devez faire
  • Surmonter les deux plus gros freins à l’action : la peur et la paresse
  • Développer une excellente discipline personnelle pour faire tout ce que vous avez à faire chaque jour
  • Lancer le cercle vertueux et développer votre biais à l’action (dont on a parlé précédemment)

Ne perdons donc pas plus de temps et commençons directement aujourd’hui par la première !

Let’s go !

METHODE N°1 – La règle des 5 secondes

C’est un principe très simple qui a été mis en avant par Mel Robbins, une conférencière américaine.

Le principe est le suivant : à l’instant où vous devez agir, vous devez vous lancer dans les 5 secondes qui suivent, mécaniquement, sans vous poser de questions.

Durant ce court laps de temps, votre mental n’a pas encore eu le temps de créer tous ses doutes, ruminations et excuses pour ne pas agir.

Vous agissez simplement à l’instinct, sans passer par le filtre de la réflexion. Il est ainsi beaucoup plus facile de vous lancer.

Une fois passé cette barrière des 5 secondes, votre mental commence à s’activer.

Vous commencez à réfléchir, à négocier avec vous-même, à évaluer les risques et à douter…

À partir de là, il devient beaucoup plus difficile d’agir et vous êtes plus enclin à remettre à plus tard.

Ce principe vous permet donc de court-circuiter les barrières que vous impose votre mental et de passer à l’action immédiatement lorsque c’est le moment.

Tout ce que vous devez faire, c’est de vous lancer en moins de 5 secondes.

Voici quelques exemples d’applications de ce principe :

  • À l’instant où votre réveil sonne le matin et que vous devez mettre en place votre routine matinale, vous avez 5 secondes pour commencer à vous lever (ne serait-ce que pour vous asseoir sur le bord de votre lit).
  • Au moment où vous voyez ce groupe de personnes en soirée à qui vous avez envie d’aller parler, vous avez 5 secondes pour faire le premier pas pour aller engager la conversation.
  • À l’instant où vous réalisez que vous n’êtes pas en train de faire votre séance de sport alors que vous le devriez, vous avez 5 secondes pour vous lever et commencer à mettre votre tenue pour y aller.
  • Au moment où vous vous rendez compte que vous êtes en train de scroller votre fil d’actualité sur Instagram plutôt que de travailler sur votre projet personnel, vous avez 5 secondes pour reposer votre téléphone et retourner sur votre projet.

Vous comprenez l’idée…

« C’est bon j’ai compris… Méthode suivante s’il vous plait ! »

Doucement.

Même si c’est un principe simple à comprendre théoriquement, dans la pratique, il n’est pas si facile à mettre en place.

En tant qu’êtres humains, on aime anticiper et prévoir les risques avant d’agir : c’est un réflexe de survie. On a besoin d’être rassurés.

Or, lorsqu’on passe à l’action en moins de 5 secondes, on n’a pas le temps d’anticiper tous les risques. On se lance sans filet.

Ce qui demande donc un certain lâcher prise de votre part. Vous devez accepter de ne pas pouvoir tout contrôler.

C’est comme quand vous arrivez en haut du plongeoir…

Vous vous arrêtez au bord et vous regardez en bas.

Vous vous mettez à réfléchir…

À évaluer la hauteur…

À imaginer les conséquences d’un saut qui se passerait mal…

Vous commencez alors à stresser :

Votre cœur se met à battre de plus en plus fort.

Une sensation de chaleur vous envahit le corps.

Votre respiration s’accélère.

Les minutes défilent mais vous n’y allez pas…

Les encouragements de vos amis n’y changent rien, vous restez bloqué en haut sans sauter.

À ce stade, vous avez déjà trop attendu.

Le niveau de stress que vous devez surmonter pour vous lancer est désormais beaucoup trop important.

Si vous le vouliez vraiment, vous pourriez le faire malgré tout…

Mais la marche à franchir pour vous lancer est désormais beaucoup plus grande que lorsque vous veniez d’arriver.

Vous finissez donc par faire machine arrière.

Cependant, si vous êtes un peu persévérant, vous y retournez un peu plus tard…

Et cette fois-ci, vous vous y prenez différemment :

Vous ne réfléchissez pas, vous mettez juste un pied devant l’autre et vous sautez immédiatement !

Le stress n’a donc pas le temps d’arriver.

Vous avez juste la petite montée d’adrénaline au moment de vous lancer, qu’on a toujours au moment d’agir (que certains trouvent même stimulante), mais qui n’a rien à avoir avec le stress qui vous paralysait à votre essai précédent.

Vous ressortez alors la tête de l’eau et c’est à ce moment que vous vous demandez pourquoi vous n’y êtes pas allé plus tôt !

Vous réalisez combien tous ces doutes, peurs et hésitations étaient irrationnels…

Dans votre vie de tous les jours, c’est exactement pareil.

Lorsque vous vous arrêtez au moment d’agir pour réfléchir, c’est là que la peur et la paresse apparaissent (la peur et la paresse étant les deux principaux obstacles pour passer à l’action).

En agissant en moins de 5 secondes, vous contournez donc ces deux problèmes.

Vous économisez du temps, de l’énergie et vous maximisez vos chances d’agir.

Vous devez apprendre à vous lancer sans file tout en ayant la confiance que vous pourrez vous ratrapper.

Commencez par le faire pour des petites choses pour développer cette confiance, puis montez progressivement.

Il n’y a rien de mieux pour développer le biais à l’action dont on parlait dans le précédent article que d’apprendre à se lancer spontannément, sans passer par tout le filtre de vos pensées (qui au contraire a tendance à vous paralyser).

Ça ne veut pas dire que vous ne devez pas réfléchir avant d’agir…

Mais vous devez apprendre à faire la différence entre le moment où vous planifiez vos actions, et le moment où vous les mettez en place.

Lorsque vous planifiez vos actions, c’est le moment de réfléchir. Vous prenez le temps d’évaluer les risques, de vous demander si l’action que vous vous apprêtez à mettre en place est vraiment la bonne action, si cette séance de sport que vous voulez planifiez à 18h est vraiment une bonne idée sachant que vous aurez la fatigue de votre journée de travail dans les dents…

Lorsque vient le moment d’exécuter l’action que vous avez planifiée en amont, c’est le moment de mettre votre cerveau sur « off » et de faire ce que vous avez décidé sans vous poser de questions. Comment un salarié en entreprise qui va exécuter ce que le patron a décidé de faire sans le remettre en question.

Vous pourez alors évaluer à postériori si l’action que vous avez mise en place était vraiment la bonne (vous vous rendrez d’ailleurs parfois compte que ce n’était pas le cas, mais vous pourrez l’utiliser comme une information pour prendre une meilleure décision la fois suivante au moment de planifier).

On se retrouve demain pour la deuxième méthode !

À demain !

– Sanjay STZ

JOUR 5 – COMMENT DéVELOPPER SA MOTIVATION – méthode 2

JOUR 5 – COMMENT DéVELOPPER SA MOTIVATION – méthode 2

Lorsqu’il avait 10 ans, l’acteur Will Smith a un jour reçu une leçon de vie de son père qui l’a bien marqué.

Alors qu’il rentrait des cours, son père vint le voir et lui donna une mission : construire un grand mur de brique devant le petit commerce que leur famille venait d’acquérir.

Au début, cette tâche lui parut insurmontable…

Le petit Will Smith se disait que c’est impossible, qu’il n’y arrivera jamais…

Le mur qu’il devait construire lui semblait bien trop grand : plus d’une dizaine de mètres de long, près de cinq mètres de haut…

Son père lui donna alors la leçon de vie :

« Ne pense pas au grand mur que je t’ai demandé de construire… Oublie ce idée. À partir de maintenant, tout ce que tu vas faire, c’est de poser chaque jour une brique du mieux que tu le peux. Concentre-toi uniquement sur ça ! »

Immédiatement, la tâche lui parut beaucoup plus simple.

« Une brique par jour ? Trop facile ! Je peux le faire ! »

Motivé, il allait donc chaque jour poser sa petite brique.

Petit à petit, le mur se construisait sans même qu’il s’en rende compte…

Jusqu’à ce qu’un an et demi plus tard, il arrive à la dernière brique.

Il avait construit son mur !

« À partir de maintenant, ne me dis plus jamais que tu n’es pas capable de faire quelque chose » lui dit son père.

De votre côté, dans votre vie, vous devez faire la même chose.

Prenez vos grandes tâches et divisez-les en de petites tâches plus accessibles.

Lorsque vous n’arrivez pas à vous motiver pour passer à l’action, c’est souvent parce que vous êtes concentré sur la montagne à franchir plutôt que sur la prochaine petite action. Vous êtes donc découragé avant même d’avoir démarré.

Votre cerveau a toujours besoin d’être concentré sur quelque chose de concret et d’accessible pour pouvoir avancer. Lorsque la tâche que vous lui demandez est trop grande, il arrête d’y croire et vous perdez toute votre motivation.

D’ailleurs vous avez sans doute connu cette sensation où, en plein milieu d’un footing, vous pensez à toute la distance qu’il vous reste à courir…

Vous vous mettez alors à faire des calculs dans votre tête : « J’en suis au tier de mon parcours, je suis déjà à bout de souffle… Et il faut que je cours encore le double de ce que j’ai déjà couru. Je ne vais jamais voir le bout… »

Quand vous faites ça, vous vous sentez immédiatement découragé et vous perdez toute votre motivation.

C’est pourquoi, dans une situation comme celle-ci, la meilleure manière de tenir est de se concentrer sur les 10 prochains mètres à parcourir…

Puis les 10 prochains mètres…

Puis les 10 prochains mètres…

Et ainsi de suite, jusqu’à la destination finale.

De votre côté, c’est exactement la même chose que vous devez faire avec les projets que vous entreprenez dans votre vie, quels qu’ils soient.

Voici quelques exemples concrets.

Plutôt que de…

➔ Penser à obtenir votre diplôme de fin d’études haut la main, concentrez-vous sur votre prochaine session de révisions.

➔ Vouloir être embauché dans l’emploi de vos rêves, concentrez-vous dans un premier temps sur le fait de créer votre CV.

➔ Chercher à devenir à l’aise en toutes circonstances socialement, concentrez-vous sur le fait d’aller engager la conversation avec une personne que vous ne connaissez pas.

➔ Être concentré sur le fait de perdre 20 kilos et d’avoir le physique de vos rêves, concentrez-vous sur votre prochaine séance de sport.

➔ Vouloir parler couramment anglais, concentrez-vous sur le fait d’écouter 30 minutes par jour d’Anglais.

Vous comprenez l’idée.

On se retrouve demain pour la 3 ème méthode !

À demain !

– Sanjay STZ

JOUR 6 – DéVELOPPER VOTRE MOTIVATION – méthode 2

JOUR 6 – DéVELOPPER VOTRE MOTIVATION – méthode 2

Méthode 2 – Le fractionnement

À moins d’avoir vécu dans une grotte au cours des 50 dernières années, vous connaissez forcément Will Smith.

En revanche, il y a une anecdote à son propos dont vous n’avez surement jamais entendu parler.
Lorsqu’il avait aux alentours de 10 ans, son père lui a un jour donné une mission : construire un grand mur de brique devant leur entreprise familiale.

Au début, cette tâche lui paraissait insurmontable.

Le mur qu’il devait construire lui semblait beaucoup trop grand…

Il a donc fait part de ses préoccupations à son père…

Ce dernier lui a alors donné une leçon de vie, qu’il se remémorera ensuite pendant longtemps :

« Ne cherche pas à construire le grand mur que je t’ai demandé de construire. Oublie cette idée. À partir de maintenant, tout ce que tu vas faire, c’est de poser chaque jour une brique du mieux que tu le peux. Concentre-toi uniquement sur ça. »

Immédiatement, la tâche lui paraissait beaucoup plus simple !

Il se disait : « Une brique par jour ? Trop facile ! Je peux le faire ! »

Motivé, il allait chaque jour poser sa petite brique.

Petit à petit, le mur se construisait, sans même qu’il s’en rende compte…

Et un an et demi plus tard, il arrivait à la dernière brique.

Il avait construit son mur !

C’est ça, le fractionnement.

C’est le fait de prendre une grande tâche et de la diviser en plusieurs petites tâches, plus accessibles.

Lorsque vous n’arrivez pas à passer à l’action dans votre vie, c’est souvent parce que vous êtes concentré sur la montagne à franchir, plutôt que sur la prochaine petite action.

Vous êtes donc démotivé avant même d’avoir démarré.

Votre cerveau a toujours besoin d’être concentré sur quelque chose de concret pour avancer. Lorsque la tâche que vous lui demandez de faire est trop grande, il arrête d’y croire, et vous perdez toute votre motivation.

Par exemple, il vous est certainement déjà arrivé, au milieu d’un footing, de penser à toute la distance qu’il vous restait à parcourir…

Que s’est-il alors passé ?

Vous vous êtes immédiatement senti découragé…

En un instant, toute votre motivation a chuté.

Pourquoi ?

Parce que vous avez porté votre attention sur la grande tâche à réaliser, plutôt que sur la prochaine petite étape.

C’est pourquoi, dans une situation comme celle-ci, la meilleure manière de tenir est par exemple de toujours se concentrer sur les 10 prochains mètres à parcourir…

Puis les 10 prochains mètres…

Puis les 10 prochains mètres…

Et ainsi de suite, jusqu’à sa destination finale.

Connaissez-vous David Blaine ?

Cet adepte des défis extrêmes s’était mis en tête de rester le plus longtemps possible enfermé dans un bloc de glace.

Pour y arriver, il a utilisé (entre autres) cette stratégie du fractionnement.

Au début, il s’est concentré sur le fait de tenir une heure.

Puis une heure de plus…

Puis une heure de plus…

Et ainsi de suite, jusqu’à arriver à un certain stade où le fait de tenir une heure devenait trop long.

Il se concentrait alors simplement sur le fait de tenir 10 minutes de plus…

Puis 10 minutes de plus…

Puis 10 minutes de plus…

Et quand 10 minutes devenaient trop longues, il se concentrait sur le fait de tenir une minute de plus…
De cette manière, il a réussi à battre le record du monde, en restant enfermé 63 heures !

De votre côté, c’est exactement la même chose que vous devez faire avec les projets que vous entreprenez dans votre vie, quels qu’ils soient.

Voici quelques exemples.

Plutôt que…

➔ D’être concentré sur le fait de perdre 20 kilos et d’avoir le physique de vos rêves, concentrez-vous sur votre prochaine séance de sport.

➔ De vouloir être embauché dans l’emploi de vos rêves, concentrez-vous dans un premier temps sur le fait de créer votre CV.

➔ De chercher à devenir à l’aise en toutes circonstances socialement, concentrez-vous sur le fait d’aller engager la conversation avec une personne que vous ne connaissez pas.

➔ De penser à obtenir votre diplôme de fin d’études haut la main, concentrez-vous sur votre prochaine session de révisions.

➔ De vouloir parler couramment Anglais, concentrez-vous sur le fait d’écouter 30 minutes par jour d’Anglais.

Vous comprenez l’idée.

Conclusion

Ne portez pas votre attention sur le grand objectif à atteindre, mais sur la prochaine action à mettre en place.

Ca vous permettra d’être toujours concentré sur quelque chose concret, sur lequel vous avez de l’influence dans l’immédiat.

En cumulant chacune de ces actions ensemble, petit à petit, vous arriverez à votre grand objectif sans même vous en rendre compte.

On se retrouve demain pour la 3 ème méthode !

À demain !

– Sanjay

Hidden Content