Dans cet article, vous allez découvrir une approche avancée de la productivité.

Après l’avoir lu, vous aurez en main la méthode pour devenir – à minima – deux fois plus productif, quel que soit le domaine : au travail, dans vos études si vous êtes encore étudiant ou dans n’importe quel autre sphère de votre vie.

Vous aurez aussi des exemples concrets de la manière dont vous pouvez la mettre en pratique au quotidien.

Réfléchissez-y un instant…

Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais dans votre vie de tous les jours, vous êtes en permanence amené à produire des résultats…

Qu’il s’agisse de venir à bout de votre liste de tâches au travail, de finir cette dissert de philo pour demain, d’apprendre cette nouvelle mélodie à la guitare, ce nouvel enchaînement au foot ou de perfectionner votre maîtrise de l’anglais… Vous devez continuellement créer des résultats.

Or, si vous arrivez à atteindre en une heure le même résultat que les autres mettent deux, trois ou quatre heures à atteindre, alors vous aurez un énorme avantage.

Vous vous libérerez du temps libre pour votre vie personnelle, vos loisirs, vos passions, vos relations avec vos proches… Et vous profiterez simplement plus de la vie !

Ou alors, vous pourrez choisir de travailler autant que les autres et devenir l’un des meilleurs de votre domaine, puisqu’à quantité de travail égale, vous serez bien plus performant.

C’est donc là tout l’intérêt d’améliorer votre productivité : être capable de faire plus en moins de temps.

Ainsi, quels que soient votre âge, votre situation de vie et les domaines spécifiques dans lesquels vous êtes investi, vous avez tout intérêt à devenir plus productif.

Et ça tombe bien, puisqu’on va voir ensemble comment y parvenir !

Les fausses bonnes solutions

Sur internet, il y a beaucoup d’articles et de vidéos qui ont été faits sur le sujet qui nous promettent le secret pour multiplier par je ne sais combien notre productivité…

Mais lorsqu’on lit ces articles ou qu’on regarde ces vidéos, on tombe toujours sur des petits conseils du style :

“Il faut faire un planning pour sa journée”

“…avoir son bureau bien rangé”

“…faire les tâches importantes en premier”

“…couper les distractions”

Etc.

Personnellement, je n’ai rien contre ces petites astuces. Elles sont utiles dans une certaine mesure, et j’en utilise moi-même certaines d’entre elles.

Cependant, elles ont aussi leurs limites.

Elles ne vous permettront pas développer de manière significative votre productivité.

Elles l’amélioreront peut-être de 5 ou 10%… Mais difficilement plus.

“Ok, mais alors comment développer de manière significative mon niveau de productivité ?”

On va laisser de côté les “secrets” et les petits “hacks”.

Et on va revenir sur un fondamental : l’état d’esprit dans lequel vous abordez vos tâches au quotidien.

Je ne fais pas partie de ces gourous du développement personnel qui passent leur temps à vanter le “pouvoir de l’esprit” et qui vous diront qu’en utilisant votre mental correctement, vous pourrez obtenir tout ce que vous voulez dans la vie…

Cependant, sur un plan très concret, une simple différence d’état d’esprit peut faire une énorme différence au niveau de votre productivité. Beaucoup plus même que toutes les petites astuces réunies…

Prenons un exemple pour l’illustrer, ça va être plus parlant.

Imaginons deux sportifs.

Disons… Deux boxeurs, par exemple.

L’un est un boxeur de loisir, l’autre un boxeur professionnel.

Le pratiquant de loisir, lorsqu’il va s’entraîner, a pour objectif de prendre du plaisir. Il y va pour passer un bon moment avec ses amis, se défouler, évacuer le stress accumulé pendant la semaine et entretenir globalement sa forme physique.

À l’inverse, le pratiquant professionnel a pour objectif la performance. Il y va pour repousser ses limites et donner le meilleur de lui.

Seriez-vous étonné si je vous disais que le boxeur professionnel fait en dix ou quinze minutes d’entraînement, ce que le boxeur de loisir fait en une heure ?

Non, ça vous semblerait juste logique.

Pourquoi ?

Parce qu’ils approchent leur séance avec un état d’esprit totalement différent.

L’un est orienté sur le loisir, l’autre sur la performance.

Il n’y en a pas un qui est mieux que l’autre. Ce sont juste deux orientations différentes, et chacune a des avantages et des inconvénients…

Cependant, pour augmenter votre productivité dans les domaines qui vous intéressent, vous devrez vous orienter davantage vers la performance.

En abordant vos tâches avec un état d’esprit similaire à celui du boxeur professionnel, vous pourrez facilement DEVENIR DEUX FOIS PLUS productiF.

Autrement dit, ce que vous faites aujourd’hui en une heure, vous pourrez facilement le faire en 30 minutes. Voire beaucoup moins.

Et ce, quel que soit le domaine…

La seule exception, c’est si vous avez déjà un grand niveau de performance dans votre domaine.

Par exemple, si vous êtes déjà très performant au travail, votre marge de progression sera plus faible puisque vous vous rapprochez déjà de votre maximum.

Mais il est rare que ça arrive.

Dans la plupart des cas, vous êtes bien loin de votre niveau maximum.

Aujourd’hui, dans votre vie, il y a de fortes chances pour que vous soyez très orienté sur le loisir (même dans les contextes professionnels).

Le niveau d’intensité que vous mettez dans les tâches que vous faites est très faible.

C’est en général la posture par défaut qu’on adopte.

Vous avez donc sans doute une grande marge de progression.

“Mais attends, si je m’oriente trop sur la performance, je ne vais plus prendre de plaisir !”

Attention à ne pas faire de raccourcis trop rapides.

Premièrement, c’est à vous de choisir où vous souhaitez placer le curseur entre le plaisir et la performance pour chaque activité que vous faites.

Par exemple, peut-être qu’au travail, vous voudrez prioriser à 80% la performance et seulement 20% le plaisir.

Durant votre pause du midi avec vos collègues, ce sera sans doute 100% de plaisir et 0% de performance.

Pour votre séance de sport le soir après le travail, ce sera peut-être 60% de plaisir et 40% de performance.

C’est à vous de trouver votre équilibre…

Deuxièmement, augmenter la performance ne se fait pas toujours au détriment du plaisir.

Il y a de plus en plus d’études (notamment les études sur l’état de flow, faites par le professeur Mihaly Csikszentmihalyi) qui montrent que c’est parfois lorsque vous performez à votre meilleur niveau que vous prenez le plus de plaisir, parce que vous engagez votre cerveau à 100% dans l’activité que vous faites.

Troisièmement, même si vous choisissez une approche principalement axée sur la performance, vous devrez malgré tout inclure dans votre planning des activités de loisir pour vous ressourcer.

Même les sportifs de très haut niveau prennent au moins autant de temps de repos que de temps d’entraînement.

Mettre un haut niveau d’intensité dans ce que vous faites vous permet de produire énormément en très peu de temps, mais est aussi très épuisant. À la fin de votre session de travail, vous serez souvent fatigué et vidé d’énergie.

Il sera alors capital de recharger vos batteries avant de revenir à la charge.

Vous aurez donc du plaisir dans tous les cas.

Comment avoir ce fort niveau d’intensité dans vos tâches au quotidien ?

Quand vous étiez petit, il vous est surement arrivé de jouer avec une loupe.

Si c’est le cas, vous avez pu remarquer que quand vous la mettiez au soleil avec le bon angle, elle concentrait tous les rayons du soleil en un seul point…

Si bien que quand vous mettiez une feuille en dessous, celle-ci pouvait prendre feu.

À l’image d’une loupe placée au soleil, pour devenir très productif, vous devez apprendre à diriger toute votre énergie, votre attention et vos efforts sur la tâche qui est devant vous.

Et ce, avec le niveau d’intensité le plus élevé possible.

Dans la vie de tous les jours, vous n’êtes bien souvent qu’à 30 ou 40% de votre niveau d’intensité maximal. Même lorsque vous avez l’impression d’être à beaucoup plus.

En un instant, vous pouvez choisir de monter à 80-90%, et doubler votre productivité.

Je vais vous donner 2 exemples de situations dans lesquelles je l’applique personnellement dans ma vie de tous les jours.

On va comparer ensemble mes résultats quand j’ai un état d’esprit de loisir par rapport à quand j’ai un état d’esprit de performance.

Ce sera à vous, ensuite, de l’appliquer dans les contextes qui vous intéressent dans votre vie.

Exemple n°1 – J’améliore ma productivité durant mes séances d’écriture

En ce moment, je développe différentes compétences.

L’une d’elles, c’est l’écriture.

J’ai toujours été dans les derniers de ma classe en français. J’étais incapable d’écrire quoi que ce soit sans faire 10 fautes par ligne.

Cependant, c’est une compétence qu’il est important que je développe aujourd’hui pour mes différents projets.

Je passe donc 30 minutes par jour à m’entraîner à écrire.

Ma priorité, en ce moment, est de faire de la quantité pour arriver à mettre plus facilement des mots sur mes idées.

Pendant ma session de 30 minutes, j’essaie donc d’écrire le maximum possible sur un sujet sans chercher à faire de la qualité, mon but est juste d’écrire le plus possible.

Puis à la fin de ma séance, je copie/colle mon texte dans un compteur de mots pour savoir combien de mots j’ai écrits.

De cette manière, je sais que quand j’aborde ma séance dans un état d’esprit de loisir, j’écris environ 500 mots.

C’est l’équivalent de 2 pages de roman de taille moyenne avec une police d’écriture moyenne.

C’est pas énorme !

Même si j’ai l’impression d’être productif, en réalité je le suis assez peu. Je dirais que je ne suis qu’à 40% de mon maximum.

À l’inverse, quand j’aborde ma séance dans un état d’esprit de performance, les choses sont différentes.

D’abord, avant ma séance, je me fixe un objectif qui me semble impossible à atteindre : écrire 1 500 mots.

Puis j’augmente le niveau d’intensité à 85-90%. Je m’imagine comme un sportif de haut niveau qui a une performance à réaliser et qui va tout donner pour y arriver. Je m’implique comme si ma vie en dépendait. Toute mon attention est mobilisée pour extraire le maximum de ces 30 minutes.

De cette manière, j’arrive à écrire entre 1 000 et 1 500 mots pendant ma séance.

J’ai donc une productivité 2 à 3 fois plus grande que celle que j’ai quand j’aborde ma séance avec un état d’esprit de loisir.

Vous remarquerez que je ne suis “qu’à” 85-90% de mon niveau maximal, et non à 100%. Pourquoi ?

Parce que dans les situations où l’enjeu est faible (ce qui est le cas ici, il n’y a aucune conséquence importante en fonction de la performance que je réalise), il est presque impossible d’atteindre son vrai niveau maximal.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les sportifs de haut niveau, dans la plupart des sports, réalisent leurs meilleures performances en compétition et non à l’entraînement.

Par exemple, Usain Bolt n’a fait son 9’58 qu’une seule fois dans sa vie, et c’était devant les caméras. Il est totalement incapable de le refaire à l’entraînement.

La compétition apporte un enjeu supplémentaire qui permet aux athlètes d’aller au-delà de ce qu’ils sont capables d’atteindre à l’entraînement.

Ainsi, dans les situations sans réel enjeu, vous passerez difficilement au-delà des 90% de votre niveau maximal.

Vous remarquerez aussi que je suis un peu en dessous de l’objectif de 1 500 mots que je me fixe.

C’est normal, si je l’atteignais, je m’en fixerai un plus grand jusqu’à ce que je ne l’atteigne plus.

On ne peut atteindre son maximum (ou du moins s’en rapprocher) qu’en visant au-delà de ce qu’on est capable de faire.

Exemple n°2 – J’améliore ma productivité durant mes entraînements de boxe

Un autre domaine dans lequel je cherche à progresser en ce moment, c’est la boxe.

Ce n’est pas par hasard si j’ai pris cet exemple juste avant !

Je m’y suis lancé récemment et je m’entraîne 30 minutes par jour sur ma technique, tous les jours.

Je travaille sur différents aspects, mais pour simplifier les choses, je vais prendre ici l’exemple d’un entraînement où je répète seulement les 6 coups de base pendant 30 minutes.

Quand j’aborde ma séance dans un état d’esprit de loisir, je fais environ 900 répétitions en 30 minutes.

(je ne me suis pas amusé à compter sur 30 minutes évidemment, j’ai juste compté sur 3 minutes et j’ai multiplié par 10. Cependant, je garde à peu près le même rythme tout le long, le résultat se rapproche donc de la réalité).

Ici, je ne suis qu’à 30-35% de mon maximum.

Note importante : si je me fiais à mon ressenti, je dirais que je suis au moins à 70%… Mais il y a toujours une différence entre notre ressenti et la réalité. De votre côté, vous devez bien faire attention à ne pas laisser votre mental vous convaincre que vous êtes plus proche de votre maximum que ce que vous l’êtes réellement.

En revanche, quand je monte le (vrai) niveau d’intensité à 85-90%, je fais environ 3 200 répétitions en 30 minutes, soit plus de 3 fois plus.

J’utilise le même procédé que pour l’écriture : je me fixe un objectif en début de séance, je lance mon minuteur puis je m’engage avec le niveau d’intensité le plus élevé possible.

Mon but est d’atteindre un seuil de douleur tel que la plupart des gens auraient abandonné, et persévérer malgré tout.

Encore une fois, ce n’est qu’en visant au-delà de son maximum qu’on peut l’atteindre.

Vous commencez à comprendre l’idée…

En apprenant à gérer le niveau d’intensité que vous mettez dans vos différentes tâches de la vie de tous les jours, vous pouvez aisément devenir deux, trois voire quatre fois plus productif.

Bien entendu, ne cherchez pas à être très productif tout le temps et dans tous les domaines…

Choisissez les domaines dans lesquels il est le plus important de progresser pour vous actuellement.

Qu’il s’agisse de vos études, de votre travail ou d’autres activités dans votre vie personnelle…

Puis déterminez d’autres activités que vous ferez en loisir à côté, pour vous ressourcer.

Comment on fait si on n’a pas la motivation ?

Si votre niveau de motivation est faible, alors il sera effectivement difficile pour vous d’avoir ce niveau d’intensité maximal dans vos différentes tâches.

Vous aurez la sensation d’essayer de courir un 100 mètres avec un boulet de 200 kilos attaché à la cheville.

Il existe cependant des méthodes très efficaces pour développer votre motivation.

J’ai créé une série de 14 articles totalement gratuite sur le sujet, que vous pouvez recevoir par mail (à raison d’un mail par jour pendant 14 jours).

J’y partage une approche avancée de la motivation, en grande partie validée scientifiquement et avec des exercices concrets à mettre en place.

En la suivant, vous pouvez vous attendre à développer un très haut niveau de motivation au quotidien, de sorte à passer à l’action à chaque fois que vous le déciderez et ne plus remettre à plus tard ce qui doit être fait.

Pour que je vous l’envoie, vous avez juste à me laisser votre mail dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur “recevoir” :

RECEVEZ GRATUITEMENT LA Série

"14 jours pour développer votre motivation"

Laissez simplement votre adresse email ici :

Hidden Content

(Il n’y a aucun piège, c’est totalement gratuit, votre adresse email me permet juste de vous envoyer la série progressivement sur 14 jours. Il est aussi possible que je vous envoie un mail de temps quand je publie un article sur ce site. Si ça ne vous intéresse pas, vous pourrez vous désinscrire en 1 clic en bas de n’importe quel mail).

Conclusion

Vous l’aurez compris, le but de cet article n’était pas de vous faire considérer tout ce que vous faites au quotidien sous l’angle de la productivité et de la performance.

Ici, on s’est intéressé à une approche plus avancée du sujet, et donc aussi plus nuancée.

C’est à vous de choisir les domaines dans lesquels vous souhaitez améliorer votre productivité et ceux dans lesquels vous souhaitez prioriser le loisir.

Il est important d’alterner les activités où vous êtes très productif et celles que vous faites en loisir pour vous ressourcer.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, n’hésitez pas à me laisser un commentaire juste en dessous pour me dire ce que vous en avez pensé.

À très vite !

– Sanjay STZ

Participez au challenge "14 jours pour développer votre motivation" (gratuit)

Recevez gratuitement la série "14 jours pour développer votre motivation"...

...Et recevez des exercices concrets pour développer votre motivation.

Laissez-moi simplement votre adresse mail ici (pour que je vous l'envoie) :

Il n’y a aucun piège, c’est totalement gratuit (ça vous inscrit juste au passage à mon expérience mail, vous continuerez donc de recevoir des mails de ma part après la série. Vous pourrez vous désinscrire en 1 clic si ça ne vous intéresse pas).