Dans les mails précédents, on a vu que pour développer votre motivation, vous devez prendre l’habitude de passer à l’action régulièrement.

Un cercle vertueux se mettra alors en place :

Plus vous agirez, plus vous aurez la motivation. Et plus vous aurez la motivation, plus vous agirez.

Cependant, au début, pour lancer ce cercle vertueux, vous allez devoir agir sans avoir la motivation.

Et pour ça, vous allez utiliser des méthodes.

Ces méthodes, je vous en partage une par jour au cours des huit prochains jours.

On commence dès aujourd’hui par la première !

METHODE 1 – La règle des 5 secondes

C’est un principe très simple, qui a été mis en avant par Mel Robbins, une conférencière américaine.

Le principe est le suivant : à l’instant où vous vous rendez compte que vous devez agir, vous devez vous lancer dans les 5 secondes qui suivent, mécaniquement, sans vous poser de questions.

Pour être honnête, de premier abord, je trouvais ce principe tellement simple que j’avais tendance à négliger son efficacité.

Vous connaissez peut-être mon goût pour les techniques avancées, profondes, qui vont plus loin que les petites astuces simplistes parfois partagées dans le milieu du développement personnel.

Mais il est important aussi de savoir rester concret. Et la règle des 5 secondes aide réellement à passer à l’action au quotidien.

Pourquoi ?

Parce que durant ce court laps de temps, votre mental n’a pas encore eu le temps de créer tous ses doutes, ruminations et excuses pour ne pas agir.

Vous agissez simplement à l’instinct, sans passer par le filtre de la réflexion. Il est ainsi beaucoup plus facile de vous lancer.

Une fois passé cette barrière des 5 secondes, votre mental commence à s’activer.

Vous commencez à réfléchir, à négocier avec vous-même, à évaluer les risques et à douter.

À partir de là, il devient beaucoup plus difficile d’agir, et vous êtes plus enclin à remettre à plus tard.

Ce principe vous permet donc de court-circuiter les barrières que vous impose votre mental, et de passer à l’action immédiatement lorsque c’est le moment.

Tout ce que vous devez faire, c’est de vous lancer en moins de 5 secondes.

Voici quelques exemples d’applications de ce principe.

➔ À l’instant où votre réveil sonne le matin et que vous devez mettre en place votre routine matinale, vous avez 5 secondes pour commencer à vous lever (ne serait-ce que pour vous asseoir sur le bord de votre lit).

➔ Au moment où vous voyez ce groupe de personnes à qui vous avez envie d’aller parler, vous avez 5 secondes pour faire le premier pas pour aller engager la conversation.

➔ À l’instant où vous réalisez que vous n’êtes pas en train de faire votre séance de sport alors que vous le devriez, vous avez 5 secondes pour commencer à enfiler votre tenue et y aller.

➔ Au moment où vous rendez compte que vous êtes en train de scroller votre fil d’actualité sur Instagram plutôt que de travailler sur votre projet personnel, vous avez 5 secondes pour reposer votre téléphone et retourner sur votre projet.

Vous comprenez l’idée.

Non, ce n’est pas de la grande science.

Oui, c’est efficace. Et c’est le principal.

Cependant, attention.

Même si c’est un principe qui est très simple à comprendre théoriquement, dans la pratique, il n’est pas si facile à mettre en place.

En tant qu’êtres humains, on aime anticiper et prévoir les risques avant d’agir : c’est un réflexe de survie. On a besoin d’être rassurés.

Or, lorsqu’on passe à l’action en moins de 5 secondes, on n’a pas le temps d’anticiper tous les risques. On se lance sans filet.

Ça demande donc un certain lâcher prise de votre part. Vous devez accepter de ne pas pouvoir tout contrôler.

C’est comme quand vous êtes en haut du plongeoir.

À l’instant où vous arrivez au bord, vous ressentez le besoin de vous rassurer.

C’est à ce moment que vous vous arrêtez, et que vous vous mettez réfléchir :

Vous regardez en bas. Vous évaluez la hauteur. Vous vous rendez compte que ça parait plus haut que prévu.

Vous imaginez les conséquences d’un saut qui se passerait mal. La peur fait surface. Vous vous mettez à douter.

Votre cœur se met à battre de plus en plus fort. Votre respiration s’accélère. Une sensation de chaleur vous envahit dans tout le corps.

Les encouragements de vos amis n’y changent rien.

Vous restez bloqué en haut pendant de longues minutes, sans sauter.

À ce stade, vous avez trop attendu.

Le niveau de peur que vous devez surmonter pour vous lancer est désormais beaucoup plus important que ce qu’il l’était au début.

Si vous le vouliez vraiment, vous pourriez le faire…

Mais la marche à franchir pour le faire est désormais beaucoup plus haute.

Paralysé, vous finissez donc par faire machine arrière.

Puis, si vous êtes un peu persévérant, vous y retournez un peu plus tard.

Cette fois-ci, vous vous y prenez différemment.

Vous ne réfléchissez pas, vous mettez juste un pied devant l’autre et vous sautez immédiatement !

La peur n’a donc pas le temps d’arriver.

Vous avez juste la petite montée d’adrénaline au moment de vous lancer, qu’on a toujours au moment d’agir (que certains trouvent même stimulante), mais rien à avoir avec la peur qui vous paralysait quelques instants plus tôt.

Puis, vous vous retrouvez dans l’eau, et vous réalisez combien tous ces doutes, peurs et hésitations étaient irrationnels.

Vous vous demandez même pourquoi vous n’avez pas sauté plus tôt !

Dans votre vie de tous les jours, c’est exactement pareil.

Lorsque vous vous arrêtez au moment d’agir pour réfléchir, c’est là que la peur et la paresse apparaissent (la peur et la paresse étant les deux principaux obstacles pour passer à l’action – cf. mail d’hier).

En agissant en moins de 5 secondes, vous contournez donc ces deux problèmes.

Vous économisez du temps, de l’énergie et vous maximisez vos chances de réussir à agir.

De cette manière, petit à petit, vous développerez votre biais à l’action plutôt que votre biais à la réflexion.

Le biais à l’action est le terme scientifique pour désigner l’habitude de passer à l’action dans votre vie.

Le biais à la réflexion est donc, vous l’avez deviné, le terme scientifique pour désigner l’habitude réfléchir de réfléchir dans votre vie.

Le problème est que la plupart des gens ont un biais à la réflexion trop développé, et un biais à l’action sous-développé.

Pour le dire simplement, ils pensent trop et n’agissent pas assez.

En utilisant la règle des 5 secondes, vous rétablissez cet équilibre, en prenant l’habitude d’agir plutôt que de réfléchir.

Faut-il toujours agir sans réfléchir ?

Non. C’est un équilibre à trouver.

Imaginez-vous comme une entreprise.

Il y a le patron qui prend les décisions, et les salariés qui les exécutent.

Dans votre vie, vous êtes les deux à la fois.

Par moment, vous devez prendre le rôle du patron : prendre des décisions, réfléchir, développer une vision à long terme, analyser, planifier ce qu’il faut faire…

Puis, à d’autres moments, vous devez prendre le rôle du salarié : passer à l’action et exécuter ce que le patron a décidé, sans vous poser plus de questions.

Lorsque vous passez dans la posture du salarié, vous ne remettez pas en question les décisions que vous avez prises lorsque vous étiez dans la posture du patron. Vous passez simplement à l’action.

Si vous voulez remettre en question un choix fait lorsque vous étiez dans la posture du patron, vous y penserez plus tard, en temps voulu. Pour l’instant, vous mettez juste en application les décisions que vous avez prises.

Il y a un temps pour réfléchir, et un temps pour agir.

En faisant bien cette séparation, vous développerez le bon équilibre entre action et réflexion.

Conclusion

Vous avez découvert aujourd’hui qu’en agissant en moins de 5 secondes, passer à l’action deviendra beaucoup plus facile.

Au début, ce sera peut-être un peu déstabilisant de vous lancer sans passer par le filtre de la réflexion habituel. Mais plus vous le ferez, et plus vous serez à l’aise avec le fait de le faire.

On se retrouve demain pour la deuxième méthode !

À demain !

– Sanjay

Recevez l'intégralité de la série de 14 jours gratuitement par mail.

Hidden Content

Participez au challenge "14 jours pour développer votre motivation" (gratuit)

Recevez gratuitement la série "14 jours pour développer votre motivation"...

...Et recevez des exercices concrets pour développer votre motivation.

Laissez-moi simplement votre adresse mail ici (pour que je vous l'envoie) :

Il n’y a aucun piège, c’est totalement gratuit (ça vous inscrit juste au passage à mon expérience mail, vous continuerez donc de recevoir des mails de ma part après la série. Vous pourrez vous désinscrire en 1 clic si ça ne vous intéresse pas).