Hier, vous avez découvert le cercle vicieux qui détruit votre motivation.

On pourrait le résumer de la façon suivante :

➔ Moins vous passez à l’action dans votre vie, plus vous développez l’habitude de ne pas agir

➔ Plus vous développez l’habitude de ne pas agir, plus vous accumulez de petits « échecs » avec vous-mêmes.

➔ Plus vous accumulez de petits « échecs » avec vous-mêmes, plus vous développez une impuissance apprise (un sentiment de résignation générale dans votre vie lorsque vous avez accumulé trop d’échecs successifs).

➔ Plus vous développez une impuissance apprise, plus il devient encore plus difficile de vous motiver à agir.

Et ainsi de suite…

J’avais conclu cet article en disant que le seul moyen de développer une vraie motivation stable et durable dans tous vos projets est d’interrompre ce cercle vicieux et de développer à la place un cercle vertueux.

On va voir aujourd’hui comment le faire !

Commençons par un exemple concret. (Ce sera plus parlant…)

Imaginons que vous essayez de vous mettre au sport depuis des mois sans y arriver. (Ça pourrait être n’importe quoi d’autre : lancer votre projet personnel, vous reprendre en main dans vos études, mettre en place votre nouvelle routine du matin…)

À chaque fois c’est la même chose : vous vous jurez que vous allez vous y mettre : « Allez, demain je fais ma séance, c’est sûr ! »

Mais lorsque vient le moment d’enfiler vos baskets et d’y aller, c’est plus fort que vous… D’une manière ou d’une autre, vous vous retrouvez allongé sur votre lit avec le téléphone à la main, le paquet de chips dans l’autre, à parcourir les réseaux sociaux…

Bien. Maintenant, imaginons que pour la première fois, plutôt que de remettre à plus tard votre séance de sport, vous la fassiez !

(On verra par la suite des méthodes très efficaces pour réussir à passer à l’action même si vous n’avez pas du tout la motivation.)

En faisant votre séance, vous renforcez un peu plus l’habitude de passer à l’action lorsque vous le décidez.

Votre cerveau enregistre alors que lorsque vous vous faites une promesse, vous la tenez !

Immédiatement, vous prenez un peu plus confiance en vos capacités de mettre en place les changements que vous souhaitez dans votre vie !

La fois suivante, au moment de faire à nouveau votre séance, vous aurez un peu plus de motivation.

Ce ne sera plus précédé des 132 fois où vous vous êtes promis que vous iriez faire votre séance mais que vous n’avez pas faite…

Ce sera précédé d’une victoire !

Cette petite victoire aura tendance à créer élan positif…

Une réussite en entraine une autre !

Vous ferez donc certainement à nouveau votre séance !

En faisant à nouveau votre séance, l’habitude d’agir se renforcera encore plus !

Vous vous prouverez encore plus à vous-mêmes que vous êtes capable de mettre en place les changements que vous souhaitez dans votre vie !

Votre motivation s’améliorera encore plus ! Le cercle vertueux continuera de se développer !

La fois suivante, ce sera donc encore un peu plus facile de faire votre séance !

Et ainsi de suite…

À chaque nouveau tour de cette boucle, vous développerez un peu plus l’habitude de passer à l’action.

Et c’est en faisant des dizaines et des dizaines de tours de cette boucle que vous développerez une profonde motivation dans votre vie.

Non seulement pour faire votre séance de sport, mais aussi pour tout le reste : travailler davantage sur votre projet personnel, vous lever plus tôt le matin, arrêter de fumer, améliorer vos finances, changer votre alimentation…

Vous développerez ce qu’on appelle en psychologie un biais à l’action.

Qu’est-ce qu’un biais à l’action ?

C’est le fait de développer une tendance générale à passer à l’action dans votre vie pour mettre en place les changements que vous souhaitez voir se produire.

Lorsque vous avez développé un fort un biais à l’action, le fait de passer à l’action au quotidien pour avancer sur vos projets devient votre réflexe de base. Ça devient un automatisme, une seconde nature.

Cette notion s’oppose au biais à l’inaction,

C’est sans doute le biais que vous avez aujourd’hui si vous avez tendance à manquer de motivation et à remettre en permanence à plus tard les choses qui doivent être faites…

L’inaction est votre réflexe de base, c’est un automatisme que vous avez développé.

Vous pouvez l’imaginer comme un cours d’eau en haut d’une montagne…

Au début, il y a simplement une montagne sans cours d’eau.

Puis un jour, il se met à pleuvoir en haut de la montagne. Un petit ruisseau se forme.

La fois suivante, quand il pleut, l’eau a tendance à couler à nouveau dans le petit ruisseau qui est déjà formé.

En passant dedans, elle le creuse encore plus.

Petit à petit, le ruisseau se transforme en cours d’eau de taille moyenne, puis en rivière, puis en un énorme fleuve avec un courant monstre…

Une fois atteint ce stade, dès qu’il pleut en haut de la montagne, toute l’eau va systématiquement dedans.

Cet énorme fleuve, aujourd’hui, c’est votre habitude de tout remettre au lendemain, de rester dans l’inaction, de faire le choix du plaisir immédiat plutôt que le fait d’avancer sur vos projets vraiment importants…

Vous l’avez tellement alimenté que c’est votre comportement par défaut.

Maintenant, si vous voulez changer ça, vous allez devoir prendre l’habitude de passer à l’action au quotidien pour avancer sur vos projets.

Pour ça, il va falloir arrêter d’alimenter ce gros fleuve et venir alimenter un nouveau petit ruisseau à côté.

Pour l’instant, il est très peu développé.

Mais si vous venez faire couler un peu d’eau dedans tous les jours, petit à petit, il va se creuser et s’agrandir.

Attention : il sera très important d’être persévérant et de maintenir vos efforts, parce que si vous arrêtez en cours de route, le grand fleuve à côté aura vite fait de reprendre le dessus.

Cependant, si vous n’abandonnez pas, l’autre grand fleuve se rebouchera petit à petit.

Jusqu’à arriver à un stade où c’est votre petit cours d’eau qui sera devenu un grand fleuve, et le grand fleuve qui sera devenu un petit ruisseau.

À ce stade, le fait d’être motivé au quotidien, de passer à l’action pour avancer sur vos projets, de toujours faire ce que vous vous promettez à vous-même, sera devenu votre comportement par défaut.

C’est ça au final, un biais à l’action.

À chaque action que vous réalisez du matin au soir, vous créez de nouvelles connexions dans votre cerveau pour faciliter la reproduction de ce comportement dans le futur.

C’est le principe de base de la neuroplasticité.

Notre cerveau est constitué de neurones interconnectés entre eux par des petits fils (synapses) qui forment un énorme réseau.

C’est un peu comme un réseau social où tout le monde est connecté avec tout le monde !

Lorsque vous effectuez une action, certains circuits neuronaux s’activent.

En répétant cette action régulièrement, vous activez encore et encore les mêmes circuits dans votre cerveau et ces derniers se renforcent.

L’information circule alors de plus en plus facilement à l’intérieur de ce réseau et il est de plus en plus facile pour ce dernier de se réactiver dans le futur.

Comme dans le cours d’eau qui se creuse à mesure que l’eau passe dedans !

C’est pourquoi tout ce que vous faites à répétition devient une habitude.

Si vous avez l’habitude de remettre en permanence à plus tard vos projets importants, de passer tout votre temps libre à regarder du divertissement, de manger ce qui vous fait plaisir sur le moment même si ce n’est pas idéal pour votre santé à long terme, d’éviter tout ce qui est difficile et inconfortable… Alors ça deviendra votre comportement par défaut au quotidien.

À l’inverse, si vous avez l’habitude de vous confronter à l’inconfort de passer à l’action au quotidien pour avoir sur les projets qui comptent vraiment à vos yeux, alors ça deviendra également votre comportement par défaut au quotidien.

➔ On le voit d’ailleurs très bien chez certains qui ont le problème opposé : ils ont du mal à s’arrêter d’avancer sur leurs projets et à faire des pauses… Ils ont tellement développé leur biais à l’action que c’est presque le fait de ne rien faire qui est « difficile »… (On sera d’accord, c’est quand même un plutôt un bon problème à avoir ! Il est 1 000 fois plus facile de gérer le problème dans ce sens-là que dans l’autre sens.😉)

C’est donc de cette manière que vous développerez un véritable état de motivation stable et durable dans votre vie.

Pas une motivation euphorique d’une personne qui saute du lit tous les matins et qui donne en permanence l’impression d’avoir bu 3 tasses de café…

Mais une motivation plus profonde d’une personne qui a habitué son corps et son esprit à se confronter à l’inconfort de passer à l’action à chaque fois qu’elle le décide.

En comprenant ce mécanisme, vous réalisez que la motivation n’est rien de plus qu’une habitude qui se développe, comme n’importe quelle autre habitude.

Elle est accessible pour tout le monde, sans exception :

➔ Même si vous êtes la personne la plus démotivée qui existe…

➔ Qui ne jure que par deux mots : « paresse » et « flemme »

➔ Et qui pourrait se priver d’être riche juste parce qu’elle n’a pas eu la motivation de se lever de son lit pour aller retirer son ticket de loto gagnant…

Alors il vous reste encore un espoir.

Tout comme vous pouvez apprendre à maîtriser un nouveau sport, à parler une nouvelle langue ou à jouer d’un instrument de musique, vous pouvez apprendre à avoir la motivation.

Il suffit simplement de suivre le processus : de passer à l’action régulièrement jusqu’à en faire une habitude.

« Oui mais si on n’a pas la motivation pour passer à l’action au début… Et que la solution pour avoir la motivation c’est de passer à l’action, c’est un peu le serpent qui se mord la queue non ? »

Non.

Pour lancer le cercle vertueux, vous allez utiliser des méthodes (des outils, des stratégies… Appelez-les comme vous le voulez !) qui vous permettent de passer à l’action même si vous n’avez pas la motivation au début.

C’est ce qui vous aidera à alimenter votre petit cours d’eau au départ pour qu’il commence à se développer.

Une fois qu’il aura atteint un certain stade, le cercle vertueux sera bien mis en place et il s’auto-alimentera presque tout seul, vous aurez besoin de beaucoup moins d’efforts pour le maintenir. Vous n’aurez plus qu’à profiter de l’élan mis en place !

C’est donc surtout sur la phase du début qu’on va se concentrer.

Je vous en dis plus dans l’article de demain. 😉

À demain !

– Sanjay STZ